Game of Thrones: des scénaristes fous violent femmes, fans et George R R Martin.

Ca commence par un viol de rêve !

Samedi matin, un de ces matins de printemps chauds et ensoleillés comme on en voit si peu en Suède (=ou RIEN ne doit aller de travers, faut en profiter) MyPrecious me sort :

« J’ai révé que j’avais été violé par une prêtresse »

Ca commençait bien. Après quelques questions faussement désintéressées (QwwUUuaa?! (▼皿▼#) c’est qui celle là??!!??) il raconte qu’il n’avait pas rêvé l’acte lui-même, mais de l’après. Le sentiment de colère et d’avoir été abusé avait persisté après le réveil.

Et en plus la prêtresse était vieille et moche (…petit ouf intérieur de soulagement).

On s’est interrogés un petit moment comme deux hipsters égocentrés en mode analyse intense, qui s’engagent solennellement devant soi même à se comprendre, et à comprendre les besoins de leur propre moi. Bref, une réponse s’est très vite imposée. C’était une réaction psychosomatique au visionnage de Game of Thrones.

Et les prêtresses sont partout.

Et là… Ce qui devient bizarre ce n’est pas tant qu’il rêve de viol, mais que moi, en tant que femme, je n’en rêve pas. Tellement le viol et la nudité féminine sont servies à toutes les sauces. Les nichons des actrices (jeunes, belles, minces, et bien épilées) est en mode papier peint. Avant, on n’attendait pas des actrices de grande productions de racoler avec leurs seins. Aujourd’hui, elles peuvent s’estimer heureuses de ne pas montrer leurs poils pubiens. On est bien loin du capitaine Janeway de Star Trek Voyager (1995), qui n’a pas besoin de “l’amour de sa life” pour sauver son vaisseau et la galaxie, excusez du peu.

On est bien loin de Star Trek Voyager.

Pourquoi tant de viols? Pourquoi est-ce nécessaire qu’à chaque, CHAQUE épisode, un viol soit mis en scène ou raconté? Game of Thrones se situe dans un monde violent, on va pas vous l’apprendre. Mais là y’a comme plusieurs choses qui me dérangent.

Le viol, c’est automatique ヾ(@^▽^@)ノ !

A chaque épisode, le viol est soit mis en scène, soit raconté avec profusion de détails (toujours les mêmes en fait, ça finit avec une épée dans le vagin…). Les personnages féminins se voient constamment rappelé leur triste sort si leur ville était prise ou si elles sortaient boire une chope bière. Beaucoup de personnages principaux sont violées. Les mères/ancêtres des héros ont bien sûr été violées, et sont d’ailleurs une source de vengeance -mais on y revient^^- D’autres y échappent d’un cheveu (sans les défigurer, faudrait pas abîmer la marchandise).

N’y a t-il pas d’autres ficelles à tirer pour pour illustrer la dureté d’un système féodal sans pitié? Des maladies, des épidémies, soyons fous, des famines? Se rabattre sur le viol comme arme de guerre scénaristique, c’est juste de la paresse intellectuelle. Surtout que les scénaristes de GoT ne se privent pas de s’écarter du livre, pour suivre leurs propre fantasmes nauséabonds idées, et ce, à plusieurs reprises.

Parce que des fois, le movie, il sucke...

Parce que des fois, le movie, il sucke…

“Attends, tu veux dire que les scénaristes s’écartent délibérément du bouquin qu’ils sont sensé adapter pour concocter des scènes sadiques, qui n’ont aucun intérêt dans l’histoire et changent complètement les rapports entre les personnages? Non, c’est pas possible”

D’un autre coté, vous en connaissez beaucoup, des auteurs obligés de s’excuser pour l’adaptation qu’on a fait de leur oeuvre? Des auteurs obligés de désavouer publiquement les scénaristes, quand ceux ci nous expliquent qu’un viol se transforme en sexe consensuel si la femme finit par s’y soumettre.

Ainsi, Daenerys tombe amoureuse de Drogo, le mari auquel elle a été vendue, et qui la viole de façon répétée… contrairement au roman où le dit mari attend que la jeune femme consente. Et ça, ça envoie un message complètement différent aux fans. L’auteur décrit une femme mariée à un barbare qui attend que le désir soit réciproque, de l’autre des scénaristes qui mettent en scène des multiples viols conjugaux, avec comme débouché, l’amour. W(°o°)W j’ai envie de dire.

Quittons un instant les Reines. Le viol est toujours représenté sur un mode sexy et affriolant, tandis que l’approvisionnement en paysannes mineures de Westeros se renouvelle sans cesse  (les matrones à dents noirâtres ne sont jamais honorées à coup d’épées dans le vagin par contre).

Les scénaristes ont du un peu trop se branler sur les "pubs" de haute couture...

Ils se sont branlés sur ça…

400px-Gregor_rapes_innkeeper's_daughter

….Et nous ont pondu ça!

 

Le viol, c’est facile ٩(^ᴗ^)۶ !

Le viol ne vise que les femmes : Si l’on s’abrite derrière l’excuse « réaliste » de GoT, les hommes et adolescents aussi devraient être abusés de manière régulière, à la guerre comme à la guerre. Enfin, d’après Human Right Watch et Amnesty, entre autres.

Les femmes violées et pourfendues ne manquent pas, et servent un seul but. A ce qu’un personnage masculin se fuele à la vengeance, le fameux coup du « au secours on m’a tué ma petite amie » qui est exploité à outrance depuis les années 80 par Steven Seagal et les jeux vidéos.

Le viol n’est jamais puni. C’est comme la vraie vie me direz vous, mais dans un monde où ils passent leur temps à se venger pour la moindre bière renversée sur le pourpoint, y’en a pas un/une, qui décide que le pourfendage par l’épée se fera ce soir dans l’autre sens? Ah mais attends, deux lignes avant, j’ai parlé de vengeance … que se passe t-il quand deux personnages se retrouvent à un banquet de mariage et que l’un, ou l’autre, ont mutuellement violé et pourfendu leur soeur? Rien. On va pas se foutre sur la gueule, entre deux violeurs de soeur, non?

Entre deux viols, la put  ლ(´ڡ`ლ) PUB!

Dans un enchaînement étouffant de chairs féminines, on nous montre bien sûr une femme nue entre deux viols. Souvent, une prostitué. Souvent en train de se prostituer. Elles sont partout, et il y’en a pour tous les goûts -enfin, surtout les goûts de ceux qui aiment les jeunes, blanches et minces. Les seins seuls ne suffisent pas. Il faut bien sûr voir un peu de chatte, des fesses (de préférence plus d’une minute !). Et si possible dans une position dégradante -les scènes ou Little Finger explique aux prostituées comment être convaincantes dans leurs simulations lesbiennes, conclues d’un « allez vous rhabiller » sont gratuites au possible.

 

Violer oui, casser le matos, non (^ Q ^)/゛!!

La plupart des femmes qui ont une valeur financière ou une vertu à marchander ne sont PAS violées et sont toujours sauvées au dernier moment. Si une princesse est violée, elle est en général immédiatement tuée (pourfendage vaginal et là un bonhomme peut la venger et blablabla). Et c’est là qu’on réalise à quel point la mentalité de villageois indien prêt à perpétrer des crimes d’honneur est proche de celle du scénariste californien.

“Ben t’as qu’à pas regarder si t’aimes pas (#ಠQಠ#)!!”

Ou pas. Mon avis.

… Et Mamie continue à donner son avis.

 

A ceux qui diraient “ce n’est qu’une série”, “c’est pas la vraie vie”, et qu’il ne faut pas se prendre la tête (c’est fou comme les gens sont atteints de paresse intellectuelle devant des concepts dérangeants), je réponds:

…I have role models issues.

Nous sommes tous influençables, perméables et manipulables.

D’après le Centre National contre les Violences Domestiques américain, il existerait 15 critères sur le plan physique et psychologique pour qualifier une relation d’abusive. Si votre partenaire :

  • Contrôle ce que vous faites, qui vous voyez, à qui vous parlez et où vous allez (sous prétexte qu’il vous aime)
  • Prend toutes les décisions
  • Casse des objets quand il est en colère
  • Est jaloux
  • Vous accuse de le tromper
  • Vous isole
  • Menace de se suicider
  • Menace de vous tuer

… c’est qu’il est temps de se poser des questions sur ce qu’on fait là, et surtout, comment en sortir. Et comme ont sait compter, on voit que je n’ai listé que 8 des 15 critères.

Or, une relation cinématographique occupe des millions de rêves moites d’adolescentes, j’ai nommé Bella et Edward (Twilight). Leur relation remplit tous les critères ci dessus, plus les 7 manquants. Malgré cela, des millions d’adolescentes espèrent un jour rencontrer quelqu’un comme lui.

C’était déjà assez flippant de penser aux armées de mères de famille frétillantes imbues de 50 nuances de Grey, partager les mêmes fantasmes de domination comme une armée de zombies lubriques.

Mais vous voyez où je veux en venir. Les gens s’identifient à ce qu’ils voient.

On sourire de « 50 nuances » comme d’une série pour mémères, et de Twilight comme d’un simple engouement d’adolescente. Mais le problème de GoT, c’est que c’est …vachement bien. Des milliards (sans blague !) de cœurs de fans se mettent à palpiter aux premières notes du générique une fois par semaine. La mort de qui-tu-sais (je vais pas spoiler, au cas où) dans la S04E03 a provoqué plus de titres dans la presse que l’invasion de la Crimée par Poutine.  Je vous parle même pas du Red Wedding, avec des réactions de fans hystériques allant du ridicule assumé à  l’absurde le plus total – et parfois alliant les deux.

Une série qui véhicule que le corps féminin est là pour le plaisir viole(a)nt et exacerbé des hommes, est dérangeante. Une série (dont les scénaristes) soutien(en)t que c’est ok de violer si elle abandonne à la fin, c’est problématique.  Une série qui soutient que violer sa meuf la ferait tomber amoureuse, est pour le moins flippante.

Beaucoup de personnages masculins sont représentés comme des violeurs (de soeur), des abrutis qui perdent toute intelligence dès qu’ils voient une paire de seins. Renonçant à tout pour la perspective de baiser, même si leur vie est en danger. Surtout si leur vie est en danger. C’est très chiant, et ça nuit à la crédibilité de l’ensemble.

2686128

Tous les personnages féminins de Game of Thrones ont été déshabillés, ou violés, souvent les deux. Les officiantes de maison close, des actrices à qui on ne donne pas d’autre rôle que celui de se dévêtir et ronronner une phrase aguicheuse avant de simuler une fellation, sont omniprésentes (avant d’être violées et tuées). Quand j’ai terminé un épisode, il m’a été rappelé à de multiples reprises à quel point une femme pouvait être abusée, sans aucune justification scénaristique.

Allez, je conclus, en vous suggérant de lire le livre (oui, ça prend du temps, mais c’est Vââchement mieux), et laisse le mot de la fin à George R. R. Martin.

George R. R. Martin on writing women. - Imgur

Advertisements

3 thoughts on “Game of Thrones: des scénaristes fous violent femmes, fans et George R R Martin.

  1. So interesting, and absolutely symptomatic of american TV executives that in their hands a very interesting, complex and in many ways empowering book (game of thrones) can become a TV programme troubled with latent misogyny. I really enjoyed this post. (And apologise for being too inept to reply in French).

Commenter (don't be shy :) :

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s