Stage: Arrêtons de tuer les chatons!

Mauvais timing pour écrire sur ce qui se passe mieux en France, en termes de politique. Ça ressemble à une mauvaise blague au lendemain des Européennes. Tandis que je réfléchis au pourquoi du comment un quart de la France (enfin, un quart des votants) s’est tournée vers l’extrême droite,  je dois aussi parler d’une certaine loi française qui gagnerait à être connue et appliquée ici.

Je me suis expatriée après deux ans de tergiversations et mon projet avait eu le temps d’évoluer. Le point principal concernait bien sûr la sphère professionnelle. Durant mes premières semaines de recherche, une aimable interlocutrice de l’agence pour l’emploi suédoise avait pris sur elle de m’éclairer sur « ces gens comme moi qu’elle connaissait bien », « qui n’avaient pas de capacités très pointues, ne parlaient pas suédois et n’avaient rien à apporter à la Suède ». Mon expatriation me tenant toujours autant à cœur, j’ai rabaissé de plusieurs crans mes ambitions professionnelles et me suis astreinte à un apprentissage intensif de la langue.

Un contact m’a parlé d’un stage non-rémunéré dans mon domaine, qui semblait préférable à un petit boulot au salaire minimum sur plusieurs plans. Ce stage était prestigieux –même après plusieurs années d’expérience professionnelle-, me proposait des travaux de recherche intéressants, la possibilité de publier, et le surtout réseau tant désiré. J’ai rassemblé mes économies, mon courage et posé ma démission.

Je ne prétendrais pas que j’ai négocié cette sortie du salariat sans doutes ou dommages pour mon égo. Mais la transition s’est faite et l’enseignement en a été précieux. Que par exemple, une demi-année de travail gratuit, c’est particulièrement long. Surtout quand on rédige des analyses politiques signées par d’autres (càd des hommes blancs que la société a toujours privilégiés, suivez mon regard). La pilule passe probablement quand on pose des attelles à des vieux chiens abandonnés ou que l’on sert des repas chauds dans la rue.

Entre le moment où j’ai débuté ce stage et celui où j’écris ce billet, ma situation s’est “régularisée”, et je signais pour un poste. Mais en parallèle, l’entreprise continue de tirer la chasse sur les armées de petits jeunes, tous les six mois.

Alors oui, ça s’appelle un conflit d’intérêt (voire de loyauté), mais ça serait oublier qu’UN CHATON MEURT à chaque fois qu’une entreprise exploite engage un stagiaire non payé pour une durée de six mois?

 

 

Chaton sacrifié sur l'autel du capitalisme.

Le capitalisme requiert des sacrifices

Situation

Mon entreprise compte environ 10 employés plus ou moins permanents, financés par des projets (et donc éjectables). La structure perçoit également un financement du ministère des affaires étrangères. Au sommet trônent deux directeurs, dont le salaire est financé en partie par le ministère, et en partie par les projets que ramènent les employés (toute ressemblance avec une sphère pyramidale…..) En dessous, une dizaine de stagiaires suédois ou étrangers hyper-qualifiés occupent un étage loué par l’entreprise. Souvent en doctorat, expatriés quelques années aux états unis ou en Angleterre,ils sont jeunes, ont l’esprit frondeur, motivés et engagés, ils veulent jouer à la vie de bureau-bref, des chatons. Leurs compétences et virtuosité linguistique ont toute leur importance dans un institut dont le financement dépend directement de la qualité de ses publications.

Qu’un stage permette une expérience professionnelle, et soit validé par l’université, soit. Ici la problématique est toute autre. Mes connaissances m’ont parlé de gens acceptant 6 stages consécutifs dans l’espoir que cela aboutisse à un job. (6 stages consécutif = 3 ans de travail non payé si vous suivez).  Une femme refuse un stage d’assistante marketing pour lequel elle a 11 d’expérience pour la multinationale Citröen et perd ses droits, les bibliothèques municipales proposent de recruter autant de stagiaires gratuit qu’il leur est possible… L’agence pour l’emploi indemnise quelques stages mais sous des conditions tellement absurdes et obscures que je ne vais pas perdre de temps à tenter de les démystifier. Les journaux ont publié quelques débats mais sans que le sujet n’atteigne la sphère politique.

Le but des mesures françaises: éviter le travail dissimulé

 

funny_pictures_corporate_fat_cat_is_keeping_the_bonus-s499x440-183669

 

Et parallèlement, en France, tous ces mêmes abus au travail gratuit avaient conduit à encadrer les stages de façon beaucoup plus stricte. Quelques mesures révolutionnaires:

A présent :

  • un stage de trois mois et plus doit être rémunéré, et ce dès le premier mois.
  • les tâches proposées durant le stage devaient doivent être en accord avec le cursus de l’étudiant·e;
  • l’entreprise proposant le stage doit l’assurance de l’étudiant·e;
  • elle peut aussi prendre en charge une indemnité transport, les tickets-restaus. Fortement recommandé par la loi boxer_dog_cartoon_cut_out-r92cd2adf48484a529a1faa0000f3fb2b_x7saw_8byvr_50!

En Suède, tout le monde fait partie d’une association (sportive, religieuse). Le pays a été dominé par les socialistes jusqu’en 2006, ce qui transparaît dans sa culture politique et l’engagement civique commencent dans l’enfance. L’éducation (université incluse) était complètement gratuite jusqu’en 2004/2005, avec des résultats se trouvant dans les records mondiaux.

La société est ouverte au débat; et ceux sur l’égalité, l’intégration et le racisme sont particulièrement vivaces. La police nationale elle même s’est chargée, via communiqué de presse, de démentir les rumeurs accusant les mendiants Roms de faire partie de groupes criminels organisés. La violence éducative sur les enfants est interdite depuis trente ans, et par voie de conséquence, le taux de violence général est plus bas –la culture du compromis règne là où on découdrait avec les poings en France.

Alors, comment est-il possible, dans un tel contexte,  que des entreprises puissent bénéficier de façon ininterrompue d’un arrivage de chair fraîche “dynamique et motivée”, corvéable à merci?

Comment ça s’appelle déjà, une société qui fonctionne sur le travail gratuit?

 

Last time I checked, c’était ça:

What? It works

What? It works

 

Je ne reviendrai pas sur la non-rémunération pendant six mois qui est le point le moins défendable. Quelle utilité pédagogique est ce que ça peut avoir pour le principal intéressé?

Dans le cas où le stagiaire ne serait pas étudiant et ne serait pas couvert, l’entreprise n’est pas tenue de payer une assurance santé ou rapatriement

 

Last time I checked, c’était ça:

 

Pas de clause rapatriement avec ton travail gratuit.

Pas de clause rapatriement avec ton travail gratuit.

 

Pour un·e étranger·e, cela peut se révéler catastrophique ; toute personne habitant en Suède a besoin d’un numéro personnel. Cet enregistrement administratif est nécessaire pour signer un contrat, prendre un abonnement mobile, ouvrir un compte bancaire, s’inscrire aux impôts, bénéficier de soins- bref, avoir une vie. Et l’une des conditions d’obtention du Graal est de justifier que la personne habite en Suède pendant six mois, ce que l’entreprise pourrait cautionner. Mais en l’absence d’obligation légale, beaucoup laissent le nouvel arrivant se débrouiller.

CQFD : être particulièrement prudent·e dans les escaliers.

L’obligation d’utilité pédagogique pour les étudiants n’est inscrite nulle part. Des stagiaires qui tapent des listes débilesinfinitésimales ou des index de livres ne sont pas rares. Certes, le stage-photocopie n’a pas été éradiqué en France non plus. Mais le collectif Génération Précaire a atteint nos rivages.

 

Aujourd’hui, je culpabilise à chaque fois que je tue un chaton dois demander à un de ces petits jeunes motivés, qualifiés et souriants – mais de plus en plus amers durant « leur séjour » parmi nous- de l’aide sur mon projet. J’essaie de les dédommager au mieux, via invitations, conférences, en les impliquant dans mes publications ou de la façon la plus “rentable” pour eux en fonction de leur cursus.

Finalement, je vous invite à consulter ce document de l’Ambassade de France en Suède, du bien nommé Service Economique de Stockholm. On y apprend que “Depuis 2003, les exportations suédoises progressent nettement plus vite que celles de la France Warning !boxer_dog_cartoon_cut_out-r92cd2adf48484a529a1faa0000f3fb2b_x7saw_8byvr_50tiens tiens, environ quand les Modérés sont arrivés au pouvoir – sans toutefois atteindre le dynamisme de l’Allemagne” – Warning !boxer_dog_cartoon_cut_out-r92cd2adf48484a529a1faa0000f3fb2b_x7saw_8byvr_50On nous cite le fameux miracle allemand!– 

Sans eux, mon entreprise, et de nombreuses entreprises en Suède ne pourrait pas exister. Il est temps que la Loi jette un œil pour savoir si leur situation (NOTRE situation sociale commune) est compatible avec la décence de base, et que les petits jeunes répondent ce qu’ils sont en droit de répondre quand on leur propose de travailler six mois à l’oeil.

 

Car la réponse que ça mérite, c’est ça:

 

girl says

 

 

PS: Merci à J pour tes précieux commentaires, expertise d’exploitée et corrections 🙂

Advertisements

Commenter (don't be shy :) :

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s