NGOs: the best PR and Spin Doctors that (sex-industry) money can buy

Update: The German version has been made available by German Sisters, and is available here:

http://abolition2014.blogspot.de/2015/08/ngos-beste-pr-und-meinungsmacher-die.html

Don’t hesitate to read and share!

Disclaimer: Anyone seriously concerned about the topic of prostitution is advocating for the decriminalization of the Prostituted (women and children). The position adopted in this text is to criminalize the buying and the procuring of women and children as goods in the “sex-industry” for the enjoyment of men.

I refuse to use the terminology “sex-work”, if not in quotations. Words are important, and the term “sex-work” conceals the fact that 95% of the Prostituted are Women and Children. The term also implies that prostitution is a reasonable career choice for a human being and a normal way  to make a living, like domestic work or any other physical labor job. 

“The Prostituted” is a term that actually reflects the  reality of the situation and the ramifications of the Industry. Many survivors find it the most apt word.  It is used by the artist Suzzan Blac who herself survived the slave-trade of prostitution and pornography.

2012_mind

“Mind fuckers” 2012

Continue reading

Prostitution: un choix libre et éclairé (…pour l’homme)

Ce texte est disponible en anglais.

Ecrire sur la prostitution, c’est aller au casse-pipe (…ha ha) (…sorry).

On se retrouve très vite dans des guerres d’idées intestines, certaines sincères et véritablement soucieuses des femmes prostituées, certaines de mauvaise foi totale.

Mais une chose est sûre. Il est temps d’arrêter de scrutiniser la responsabilité des femmes.

Continue reading

Amnesty International and Mens rights: buy and sell sex

German version available on: http://www.abolition2014.blogspot.de/
Warm thanks to @IngeReed -German version- and @PhoenixUtters for fixing, reading, translating, and editing! !

 

According to an internal leaked document from Amnesty International, the organization fights hard to defend people involved in prostitution. Namely, clients and pimps.

This document is not an harmless draft escaped from an intern’s drawer. This is an internal policy document to define the global strategy of the organization on the prostitution issue. Former U.S. President Jimmy Carter wrote an open letter to Amnesty, because such a policy in destroying YEARS of progress in the fight against sexual exploitation. Amnesty Sweden and Amnesty Australia have publicly dissociated themselves from their headquarters.

This document states that criminalizing a prostitute’s client is an attack against both privacy and individuals free choice. This document also states that the access to  prostituted women is a fundamental human right.

NO LESS.

Amnesty is a prestigious organization known for its fight for the rights of political prisoners, against forced marriages, against summary executions, etc. And it is now campaigning for men’s rights to access the bodies of those more vulnerable than themselves. This is both shocking and hard to understand. In a time where the debate around prostitution is raging, it is of extreme importance to analyze Amnesty’s text, and understand the significance of this stance- especially when it is defended by an organization which inspires people.

So how, when and why did Amnesty turned it’s back on the victims and began to fight for the pimps?

In 12 points, we will see that:

1. Amnesty deliberately mixes up the conflicting interests of prostituted women and buyers;

2.  Amnesty minimizes the extent of human trafficking for sexual exploitation;

3. Amnesty the emotional and physical costs of prostitution and present it as an autonomous life choice;

4. Amnesty defends full decriminalization, while legalizing countries have turned to disasters;

5. Amnesty defines prostitution as female empowerment for those living with less than 2,50$ a day;

6 and 7: Amnesty definition of sex work. When food and shelter become remuneration;

8. Amnesty defends porn, in the name of ART and freedom of expression;

9. Amnesty defends pimping as support function;

10. Amnesty considers access to prostitutes as a New Mens’ Right;

11. Amnesty quotes International Treaties but lie about their content;

12. Amnesty defends clients, because # notallmen are violent!

And (conclusion), you may want to know why Amnesty is taking this stance? A sickening yet foreseeable reply.

Continue reading

Amnesty International défend les droits de l’Homme: celui de vendre et s’acheter du sexe.

Ps d’intro: merci à tous ceux qui m’ont aidé à éditer ce mammouth d’information, @Théa, @Sophie_Gourion, et bien @IngeReed! Désolée aux fidèles abonnés du Boxer qui ont du recevoir l’info plusieurs fois! J’apprends encore avec WordPress!

Amnesty International, dans un document interne qui a vite fuité, a récemment annoncé qu’ils étaient souteneurs (huhu) du droit des clients à s’acheter du sexe. Loin d’être un brouillon inoffensif, il s’agit d’un document de politique interne visant à décider de la position stratégique globale de l’organisation au sujet de la prostitution.

C’est tellement grave que l’ancien président des Etats Unis Jimmy Carter,a écrit une lettre ouverte pour dénoncer ce choix politique, qui détruirait des années de progrès dans la lutte contre l’exploitation sexuelle, tandis qu’Amnesty Suède et Amnesty Australie se désolidarisaient publiquement de la maison mère.

Ce document déclare, entre autres, que toute criminalisation du client est une attaque contre la vie privée et le libre choix des individus et surtout déclare l’accès à la prostitution comme un droit humain fondamental.

Rien que ça.

Qu’Amnesty, une organisation prestigieuse luttant pour les droits des prisonniers politiques, contre les mariages forcés, contre les exécutions sommaires, etc , milite à présent pour le droit des hommes de se payer plus vulnérable que soi paraît odieux, glaçant et incompréhensible. En France, à l’heure où le Sénat refuse d’entériner la pénalisation des clients, il est vital d’analyser ces recommandations et comprendre les implications d’un telle politique, surtout lorsqu’elle est défendue par une organisation d’une telle envergure, qui inspire confiance et admiration.

Que l’on soit abolitionniste, prohibitionniste, ou pour la légalisation… que l’on défende le droit au choix de la prostitution en refusant de “victimiser” les personnes prostituées, pouvons nous accepter qu’une organisation aussi respectée défende les “droit” des clients et des proxénètes?

En 12 points (cliquer d’abord sur “read more” pour déployer la totalité de l’article), nous allons voir que:

1. Amnesty mélange délibérément les intérêts complètement divergents des femmes prostituées et des clients,

2. Amnesty nie l’ampleur du trafic d’êtres humains pour l’exploitation sexuelle,

3. Amnesty ignore les études sur la prostitution pour nous la fourrer comme un choix libre, autonome et légitime,

4. Amnesty défend la légalisation -même elle a transformé l’Allemagne en Bordel de l’Europe,

5. Amnesty considère que se prostituer quand on vit avec 2,5 dollar par jour, c’est se responsabiliser

6 et 7. Amnesty nous vend le travail du sexe comme une partie de plaisir,

8. Amnesty défend toutes formes de film porno comme de l’art, au nom de la liberté d’expression,

9. Amnesty défend les proxénètes comme fonctions de “soutien”,

10. Amnesty pose le droit à la prostitution comme un Nouveau Droit de l’Homme,

11. Amnesty ment sur le contenu des textes et traités internationaux qu’ils citent,

12. Amnesty nous rappelle qu’il ne faut pas généraliser #notallmen,

Et puis (conclusion), vous voudrez éventuellement savoir pourquoi Amnesty mène cette politique? Une réponse plus que surprenante… ,
Continue reading

QotD: “The Last Insult”

Anti-Porn Feminists

On 7th August, 2015 Amnesty International will have their congress meeting in Dublin, Ireland, my home town. At this meeting they will take a vote on whether to endorse decriminalising pimping and brothel-keeping. As a survivor of prostitution, I wrote this to remind Amnesty of the harsh realities of the sex trade from a very personal place. You will understand just how personal when you read it.

The Last Insult

In December, 2005, my friend and I were bought and brought to a hotel complex. We were paid by a group of eight men, to “entertain” them on their Christmas night out. That “entertainment” evolved into mayhem, the result of this held to the gang-rape of me and my friend. The events of that night were to change the way I saw the world forever and they took the life of my friend, a 27yr old woman named Jenny who…

View original post 747 more words

Currently Prostituted Woman Speaks- To the”Sex Worker” Lobby: This is What you Sound Like.

That’s crazy that when it comes to “sex work” people do not see that. I even had a dude that told me, “what’s the difference between selling my hands or women selling their vaginas? It’s a part of the body like another”. Err…

eachone

For the “Choosy- Choicers” and allies- this is what you sound like when you go on about “sex work” and “choice”

Chelsea Geddes, a woman currently in prostitution,  nails it here:

“There is a difference between sweatshop workers who are forced to work long hours in a factory for 1 dollar a day, and those who freely choose to work in a sweatshop earning 1 dollar a day. It is denying these consenting sweatshop workers agency and dehumanising them to say they are helpless victims of capitalism and racism. Some radical socialists have taken it upon themselves to assert that sweatshop work cannot possibly be consensual and we are basically slaves. Because of racism and capitalism, we are forced into the sweatshop factories, therefore it is not a free choice.

The danger with this approach, besides the unwelcome paternalistic attitude, is that it creates a roadblock for any further progress…

View original post 405 more words

« Elle a perdu sa bataille contre le cancer.» (elle avait qu’à se bouger le cul!)

« Elle a perdu sa bataille contre le cancer. »

Je lis souvent cette phrase aussi impitoyable que rébarbative.

Et je me sens toujours vaguement irritée- une légère gène, rien qui ne soit urgent à formuler. Mais là, j’ai atteint ma limite. Quand à dix ans, Aaliyah Mitchell meurt du cancer, elle a aussi droit à son article faisant l’éloge de sa bravoure, et regrettant la « perte de son combat contre le cancer ».

Oui mes amis, un journaleux nous apprend qu’une enfant de dix ans a personnellement merdé dans son combat contre le cancer.

Continue reading

Lucy, Christina et les chasseurs

Voici un post qui ne va pas parler de réalisateurs pédophiles imaginant des plans à trois autour de Javier Bardem, mais d’archéologie, paléontologie et féminisme. C’est tout aussi palpitant.

Ce matin: une pub me recommande d’aller visiter un quelconque musée de la préhistoire, et voir une reproduction du squelette de Lucy. Ceci m’a rappelé que Lucy avait été désignée femelle par les paléontologue uniquement sur la base de sa toute petite ossature -petite, et donc féminine?

Cette réflexion n’est pas restée isolée dans mon crâne -tant qu’à rester en mode Bones- et a été immédiatement déterrer une histoire d’ici qui m’avait dérangée. A savoir, le destin post-mortem de la Reine Kristina de Suède.

Kristina de Suède, un destin hors du commun…

… Mais surtout, un destin hors de sa cuisine.

chrisbook3

Continue reading

Obvious Child: le film qui a sauvé ma semaine

Le mois de novembre est chargé. Entre un essai à rendre (en préparant l’opposition sur l’essai d’une de mes petites camarades!), la recherche d’appartement, le sport, le National Novel Writing Month et bien sûr …mon vrai travail, c’est difficile de trouver du temps. Mais en combinant ma mauvaise conscience de négliger ce blog et ma volonté de faire découvrir un film, je devrais arriver à pondre un petit billet !

Comme je l’ai raconté à l’occasion, j’ai du mal à supporter les films ‘grand public’. D’une part, ils mettent souvent en scène un ordre social rigide, patriarcal, colonialiste et raciste. On en ressort l’esprit embrumé, comme imprégné d’une odeur de linge humide oublié (depuis genre, les années 50). D’autre part, pour des films qui sont sensés laisser la part belle à l’imaginaire, ils reflètent un peu trop fidèlement la réalité. Une réalité où tous les films qui ne sont pas faits par des hommes blancs, et pour eux-mêmes ne trouvent ni financement ni possibilité de diffusion.

Bien sûr, on peut se dire que ce ne sont que des films, apprécier les images, et rappeler qu’il faudrait veiller à ne pas les confondre avec la vraie vie (ben oui, personne n’a jamais acheté quelque chose qu’il aurait vu dans une pub, ça se saurait ?!), et continuer à en ingurgiter. Mais si on refuse ce lavage de cerveau insidieux, je recommande de « subtiliser » des programmes de festival indépendants pour savoir quoi regarder dans l’année.

Continue reading

Don’t eat animals (and save a fellow drunk)!

L’observation de la nature nous amène régulièrement à la conclusion irréfutable que l’animal est AU MOINS aussi intelligent que l’être humain. En voici une autre preuve

Si toi aussi, tu attends impatiemment le week-end pour te mettre minable, que ton humeur devient festive et que tu oublies tous tes problèmes avec un verre, tandis que tu deviens agressif.ve une fois bourré.e, sache que le Cétartiodactyle Alces Alces (l’élan quoi!) en fait autant. Continue reading